• MatinMatines... Nacrés

     





    A lire doucement, en détachant chaque syllabe, c'est toujours mieux...

    Le gris du ciel apaise mes yeux du soleil de ce matin,
    Le gris d'tes yeux verts apaise mes pensées, et mes crachines.

    Le voilage rend flou l'immeuble d'en face... les magasins,
    Le voilage me rend folle le met en boule, et l'assassine.

    Te sentant derrière moi ton torse, ta peau, ton sexe et tes mains,
    Te sentant derrière moi tu cherches la preuve, de ma citrine.

    Tu enfonces tes doigts tant et si bien que je tangue just' un brin,
    Tu enfonces tes doigts tant et si bien tu m'enserres, et me devines.

    Face à la fenêtre où tous peuvent me voir je ne regimbe,
    Face à notre fenêtre ma tête se penche, puis elle s'incline.

    Tu sais que je n'ai plus aucune force à ce jeu là en vain,
    J'ai chaud et mon désir monte doucement, en ma feutrine.

    Et je laisse entre mes jambes écartées ta main, ton écrin,
    Face au monde just' pour toi je me transforme, en colombine.

    Tu me diriges vers l'étang de nos délices en grande faim,
    Tu me diriges glisses en moi tu me roules, dans la farine.

    Genoux écartés te laisse aller venir mains sur les reins,
    Ecartelée à ton désir, tu saisis ma bassine.

    Tu ligotes mes poignets à hauteur et caresses mes seins,
    Tu me ligotes... Où suis-je ? Souhaite tant, que tu me pines.

    C'est maintenant que j'ai besoin de toi, mon grand gibelin,
    Dès à présent je te sens... et enfin tu me domines.

    Fais de moi ce que tu voudras, ne crains pas même tes desseins,
    Fais de moi ce que tu voudras, j'attends qu'tu me dessines.

    Tu me rends folle à souhait j'avoue, deviens tout à fait Zinzin,
    Tu me rends folle à souhait j'avoue, tu deviens ma vitrine...

    Une référence, ma source, un roi parmi les serpentins,
    Une référence, ma source... parmi les origines.

    Tu nous libères, nous devenons un parcourant ce chemin,
    Tu nous libères nous n'formons plus qu'un, en cette citadine.

    Dessin Urbanek


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Septembre 2006 à 19:04
    "nous ne formons plus qu'un"
    cette phrase est magnifique... peut être une des plus belles expressions qui existent...
    2
    Mercredi 6 Septembre 2006 à 20:31
    > Toula
    Mots si justes, si vrais, allant à l'essentiel... Sourires.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :