• Invitation à la minette

    Ton con suave, ton con rose,
    Sous une forêt de poils blonds,
    Doux, frisés, parfumés et long,
    A l’air d’une lèvre mi-close,

    Lèvre excitant les appétits
    De ma lèvre très curieuse,
    D’où tant de baisers sont partis ;

    Une langue mystérieuse
    Sort de son con, et vient chercher
    La mienne, pour gamahucher.

    II

    Car ma chère, les imbéciles
    Auront beau dire ; quand on a,
    Sur la fille qu’on enconna,
    Fait sonner ses couilles dociles,

    A moins d’être bourgeois épais
    Dont la nuque indécente arbore
    Un de ces fameux toupets

    Aux crins roses comme l’Aurore
    Il faut quand le champ se va clore,
    Déposer le baiser de la paix.

    Albert Glatiny (1839-1873)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :