• Dommage que le vélo et moi fassent deux !
    Dessin de Camille MM


    votre commentaire

  • "Les femmes rougissent d'entendre nommer ce qu'elles ne craignent aucunement à faire."

    2 commentaires
  •  

    Nous entrons dans cet enclos si chaud
    Lieu qui m'empêche de respirer
    Ce cloître bouillant cuisant la peau
    Assis côte à côte, sans même parler.

    Un couple se chauffe le cerveau
    Nue à souhait il me vient des idées
    Que tu caresses simplement ma peau
    Des idées à te faire de l'effet.

    Je m'verrais bien riper vers ton pipo
    Ici moi seule un brin t'agacer
    Me vouer à ta bougie ton pilot
    Entre tes deux cuisses mon adoré.

    Nous pourrions aisément nous donner
    Gentiment nous donner du sang chaud,
    Des troubles, tout ce que Dieu a créé
    En nous, aussi vaste qu'un préau.

    Tu te rapproches de moi si près
    De moi si près tu prends flambeau
    Tu me mets en scène tel un couplet
    Suis à genoux pour mon tout beau

    Nos voisins tous deux restent bouches bées
    Allant à l'arrière sur ce créneau
    Ton sexe en moi vient, suis consternée
    Tu plantes d'un coup ton Cyrano (?)

    Mais cela ne suffit à te bercer
    Il te faut plus et même trop
    Sur mes fesses tel un ricochet
    Ta main gifle ma couenn', c'en est trop !

    Je me débats tel une arriérée
    Telle une idiote j'défends mon lot
    Ce lot de fesses peinant aux soufflets
    Que ta main inflige, par ces grelots.

    Tes mains tiennent les miennes troublées,
    Vulnérable dans cette pose je suis KO,
    Dans cette moiteur tu donnes à ta poupée
    Une dernière rafle, sacré chameau.

    Tu te fourres loin mon pénétré
    Tu me secoues pire tu prends d'assaut
    Mon bassin devient le dévergondé
    Que tu souhaites tant... Chapeau !

    Photo > LE 2MIL'3


    2 commentaires

  • "Il claqua doucement des doigts et demanda à la Belle, dans un chuchotement, de faire le tour de la table pour le rejoindre.

    Il perçut sa honte à être ainsi exposée à la vue de ses serviteurs.
    Mais il écarta la main qu'elle tenait devant son sexe.

    - Ne vous couvrez plus jamais de la sorte, lui dit-il.

    Il avait prononcé ces paroles presque tendrement, en relevant ses cheveux pour lui dégager le visage.

    - Oui, mon Prince, murmura-t-elle. Mais c'est si difficile.

    - C'est difficile, bien sûr, sourit-il. Mais vous le ferez, pour moi."

    (Les infortunes de la Belle au bois dormant)


    4 commentaires
  •  


    Comme j'aimerais être à sa place,
    Comm' j'aim'rais être, dans tes ergots,
    Un louv'teau perdu dans les glaces,
    Soumise à souhait, comm' les perdreaux.

    Pour toi un jouet, tout un espace
    Pour toi un guet, même un complot,
    Pour toi mon ange, une vraie garce,
    Soumise à souhait, comme ton chiot.

    Epousant Saint-André nue et lasse,
    Epousant cett' croix, ce port'-manteau,
    Epousant cette épreuve Ô, mon parnasse,
    Soumise à souhait, sous ce drapeau.

    De cette scène t'en fais le tour, prends place
    Et fais tout le tour et même, le beau,
    Et fais le tour voir, ta salace
    Soumise à souhait, mon haricot.

    J'te laisse la danse menée, cette tracasse,
    J'te laisse me touchée au gré des eaux,
    J'te laisse nommer toutes tes agaces,
    Soumise à souhait, pour mon Zorro.

    D'un coup d'un seul, tu me fricasses
    D'un coup d'un seul, tu me gâtes trop,
    D'un coup d'un seul et tu m'enlaces,
    Soumise à souhait, comme un agneau.

    Et de mon corps tu joues, Ignace
    Et de mon corps tu prends l'assaut,
    Et de mon corps fébrile, tu te coulasses,
    Soumise à souhait, pour mon tout beau.

    Je me tiens prête à tes jeux, mon as
    A tes jeux, je prête tous mes mots,
    A tous tes jeux , je ne me lasse,
    Soumise à souhait et puis... KO.

    Dessin de ashly


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique